Ce que disent les premières critiques de « Rogue One »

Le premier spin-off de la Saga Star Wars sort ce mercredi 14 décembre en salle. Les retours peuvent rassurer les fans, pour les critiques le pari est réussi. « Rogue One » est à la hauteur.

Gareth Edwards l’avait annoncé comme plus guerrier que les autres chapitres, le réalisateur de « Godzilla » n’a pas menti. Il avait annoncé au Figaro qu’ “il n’y aura ni Jedi, ni aucun dieu pour sauver l’univers. Pas d’espoir. Oui, il sera bien plus sombre que les précédents volets de la saga“.

La veille de sa sortie, Télérama, Première ou encore Le Journal du Geek ont livré leur premières impressions sur ce long métrage plein d’audace. Vous l’aurez compris, « Rogue One » est une œuvre cinématographique en parallèle. Osée, tout d’abord, car elle ne comporte pas la mythique scène d’introduction où le texte défile, et se démarque d’entrée des autres films de la saga. Puis parce qu’il signe le retour d’un des plus grand bad guy de l’histoire du 7e art : Dark Vador. Bien plus ragoûtant que Kylo Ren, jeune protagoniste Sith et méchant shakespearien de l’épisode VII. Le Figaro ose même poser la question : “Et si « Rogue One » était meilleur que « Le Réveil de la Force » ?“.

“Ce qu’il y a de bien avec Rogue One, c’est que l’on ne s’attend à rien du tout“

« Nous sommes en pleine période de l’Empire. Alors qu’il occupe déjà plusieurs planètes et tente de mater la Rébellion, l’Empire développe son arme ultime à même de détruire une planète entière à elle seule : l’Étoile Noire », explique Le Journal du Geek. « Grâce à un message aussi inattendu qu’inespéré, la Résistance entreprend alors de voler les plans de l’Etoile Noire afin de la détruire ». Cet opus est clairement lié au destin d’un certain Luke Skywalker et du Jedi Obi-Wan Kennoby qui s’apprêtent à combattre la base de l’Empire. Le JDG note tout de même que « Rogue One : A Star Wars Story » « s’intégrera facilement dans cet imposant univers« .

“L’épisode le plus sombre et le plus brutal“

Pour Télérama, “Star Wars retrouve de la force côté obscur“. La critique évoque “histoire à part dans la lutte éternelle entre les Forces crypto-fascistes de l’Empire et la Rébellion, melting-pot cosmique d’activistes pro-démocratie“. Télérama prend le parti de cet épisode à part : “Il a fallu presque quarante ans, et ce « Rogue One » tout neuf, pour découvrir l’aventure de ceux qui ont tout risqué pour fournir à la résistance les plans de l’engin de mort“. Une histoire qui en complèterait une autre donc.

« A la hauteur. Largement »

C’est un « film de lien » pour Première, pour qui « Rogue One » est « peut-être un épisode à part (…) celui qui peut réconcilier les deux trilogies, les trois générations de fans, et ouvrir la voie aux nombreux prequels en gestation chez LucasFilm ». Première va même jusqu’à remercié le film box-office : « Il a étrangement fallu attendre un spin-off, un épisode « mineur », pour que la saga « Star Wars » porte si bien son nom : on n’a jamais autant pris le pouls de la fameuse « guerre civile » qu’évoque le générique déroulant d’Un nouvel espoir que dans « Rogue One« . Plus qu’un film qui à sa place dans la saga, il donnerait carrément un rôle à celle-ci.

Des critiques positives qui ont ravi Disney, jouant gros sur ce pari. « Star Wars VII » était un pas de Titan, « Rogue One » va permettre, avec la bénédiction des fans, d’ouvrir la Saga à d’autre projets.

Bruno Moutinho

Écrit par iejpedago