Castro : le monde entier ne sera pas à Cuba

Le 29 novembre, à 19 heures (heure locale), Cuba rendra hommage à Fidel Castro. Sur les centaines de chefs d’Etat du monde conviés, seule une vingtaine a répondu présent.

François Hollande n’ira pas à Cuba. C’est la ministre de l’écologie Ségolène Royal qu’il envoie à sa place, bien qu’elle ne sera pas présente à la cérémonie du 29 novembre puisqu’elle atterrira sur l’île cubaine seulement dimanche 4 décembre.

Le président français ne sera pas le seul aux abonnés absents. Barack Obama, la première ministre britannique Theresa May et le premier ministre canadien Justin Trudeau ont eux aussi décliné l’invitation cubaine. Donald Trump a quant à lui publié un tweet menaçant pour expliquer son absence.

Malgré l’aura historique de Fidel Castro, l’absence de plusieurs représentants officiels à la cérémonie de La Havane illustre la gêne des gouvernements vis-à-vis de l’héritage et de l’image de l’ancien président cubain, à mi-chemin entre le symbole de la révolution et l’emprise dictatoriale.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras sera le seul chef de gouvernement européen à assister à l’hommage. En tout, une vingtaine de dirigeants de nations amies seront présents. Selon la liste officielle seront représentés les pays voisins de Cuba avec le Colombien Juan Manuel Santos, le Mexicain Enrique Peña Nieto, le Hondurien Juan Orlando Hernandez Alvarado et le Panaméen Juan Carlos Varela. La Chine et l’Iran, pourtant pays amis de Cuba, n’enverront pas leurs dirigeants respectifs mais leurs vice-présidents. Plus étonnant, le président russe Vladimir Poutine ne sera pas non plus de la partie.

Ariane Cairoli

Écrit par iejpedago