Carton rouge pour la remise des prix d’Angoulême

Une mauvaise blague, une humiliation. La fausse cérémonie précédant la remise des prix n’a pas séduit les auteurs présents, bien au contraire.

La 43ème édition du festival de BD d’Angoulême a subi ce matin de fortes critiques venants d’auteurs peu satisfaits. La raison principale ? Samedi soir, Richard Gaitet a animé un show humoristique précédant la remise des prix qui n’a pas été au goût de tout le monde.
Benoit Peeters, scénariste et spécialiste des BD de Tintin, dénonce une cérémonie affligeante et humiliante.

 

Il mesure ces propos en disant qu’il est favorable à l’humour, à condition qu’il reste respectueux envers la bande dessinée. Parmi les auteurs les plus déçus par cette fausse cérémonie, Sam Souibgui. La fausse victoire des éditions Cornelius lui a donné les larmes aux yeux, une réaction similaire quand il a appris la supercherie.

 

Face à ces critiques, le directeur général du festival, Frank Bondoux a répondu par le biais d’une conférence de presse. Selon lui, aucune faute n’a été commise et le côté humoristique doit être apprécié. « Certaines personnes ne savent pas appréciées l’humour à sa juste valeur et c’est bien regrettable. »

Déjà au centre des attentions pour l’affaire des Grands prix (aucune femme sélectionnée dans la liste des 30 auteurs), une nouvelle polémique est à l’ordre du jour depuis le canular de samedi soir. Richard Gaitet a entamé cette soirée en souhaitant réaliser la cérémonie la plus courte de l’histoire, il en a fait l’une des plus controversées.

Keawin Henry

Écrit par Keawin Henry