Camille Muffat, une discrète championne en or

Victime d’un accident d’hélicoptère, Camille Muffat est décédée à l’âge de 25 ans à Villa Castelli dans la province de La Rioja en Argentine. Elle a tout remporté dans les bassins avant de pendre sa retraite il y a 8 mois. Retour sur le parcours exceptionnel de la nageuse niçoise.

C’est à l’âge de  7 ans, à Nice, que Camille Muffat commence la natation. Et déjà, elle impressionne tous les entraîneurs du club azuréen. Très vite, en compétition de jeunes, elle domine ses adversaires assez facilement. Mais c’est en 2005 à l’âgé de 15 ans qu’elle se fait connaître du grand public en dominant la reine de la natation Laure Manaudou lors des championnats de France organisés à Nancy.

Sous l’aile de Fabrice Pellerin, son entraîneur, son ascension vers les sommets de la natation mondiale se fait naturellement et plus rien ne l’arrête. Très vite, elle est sacrée championne d’Europe junior à Budapest sur 200 mètres quatre nages avec à la clef un nouveau record de France. Deux ans plus tard, le passage chez les séniors se fait doucement : elle est d’abord conviée aux championnats du monde à Melbourne en 2007, une première expérience infructueuse mais qui lui servira pour la suite de sa carrière.

Premiers titres : une délivrance

Quelques mois après la découverte du haut niveau en Australie, Camille Muffat participe à son premier Euro en petit bassin à Debrecen. Des premiers pas réussis avec en prime le sacre sur 200 mètres quatre nages et une médaille de bronze sur le 400 mètres quatre nages. S’en suit des podiums ou des places d’honneurs entre 2008 et 2010. La nageuse a alors du mal à se spécialiser dans une seule nage. C’est alors que Fabrice Pellerin lui demande de tirer un trait sur les épreuves de quatre nages en se focalisant uniquement sur les courses de nage libre. La raison évoqué : une concurrence trop forte en séniors pour réussir dans toutes les nages. Ce choix se révèle judicieux et sa carrière bascule. Au moment des championnats du monde en petit bassin à Dubaï, la niçoise se pare d’or pour la première fois aux mondiaux.

2012 : une année triomphale 

A 23 ans, Camille Muffat aborde l’année 2012 ambitieuse et déterminée à briller lors de Jeux olympiques. A Londres, la nageuse laisse éclater son talent et rapporte à la France trois médailles. Une de chaque matériau comme l’avait fait Laure Manaudou en 2004 à Athènes. Elle s’impose comme la chef de file de la natation française au même titre que son modèle. Elle ne s’arrête pas là, trois mois après des Jeux olympiques parfaits, la championne brille aux championnats d’Europe en petit bassin à Chartres avec trois médailles d’or et un record du monde en prime sur 400 mètres nage libre. L’année suivante sera celle du bronze pour Camille Muffat lors des Mondiaux à Barcelone.

Vidéo de la victoire de Muffat aux JO de Londres sur 400 mètres : 

2014 : une perte de motivation et la fin de sa carrière

Camille Muffat se balade toujours autant dans les bassins avec 4 titres nationaux décrochés à Chartres. Néanmoins, l’hypothèse de la voir quitter ce milieu se concrétise peu à peu. C’est le 12 juillet, soit un mois avant les championnats d’Europe de Berlin, qu’elle décide d’arrêter la natation. Cette décision est motivée par l’envie de se consacrer à sa vie privée et par la lassitude des exigences de sportive professionnelle.

Au total, la nageuse a remporté 24 titres nationaux, 4 titres européens, 1 titre mondial et 1 titre olympique. Elle a aussi décroché 20 autres médailles (argent et bronze).

Deuxième de sa fratrie, elle laisse Chloé (l’aînée) et Quentin (son petit frère) ainsi que ses parents dans le deuil.

Réaction de Guy Muffat, le père de Camille, interrogé sur RTL à 13h :

Alexandre Gozzi

Écrit par gualex