Calais, un week-end sous tension!

Samedi, une manifestation a eu lieu en plein centre de Calais, les migrants se sont rassemblés avec des militants afin de faire réagir les politiques. Les calaisiens s’en sont mêlés et la situation a vite dérapé. Etat des lieux de ce week end sous tension.

23743595932_a17817a45b_b

Manifestants à Calais. source : flickr

Que s’est-il passé ? Lors d’une manifestation pour militer contre les décisions prises par l’Etat Français à l’égard des migrants.Les manifestants ont bloqué le port de Calais, ils se sont introduits dans un ferry avant que la police ne viennent les évacuer, par ailleurs ils ont détérioré la statue du général De Gaulle. Une façon symbolique de s’opposer au décision de la classe politique.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 24 migrants et 11 militants de l’association No Border (réseau de militants altermondialistes qui viennent en aide aux migrants) ont été interpellés sur le ferry et emmenés dans les locaux de la Police de l’air et des frontières.

Pourquoi une telle manifestation a t-elle eu lieu ?

Les militants ont souhaité cette manifestation pour faire réagir les politiques afin d’améliorer les lois sur la migration. Les manifestants s’étaient rassemblés pacifiquement par solidarité et pour dénoncer l’inactivité de l’Etat Français qui n’a pas la volonté d’assurer une vie meilleure aux réfugiés.

Quelle réponse des politiques ?

Xavier Bertand, le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a réagi à ce regain de tensions, en annonçant qu’il se rendrait à Calais dès lundi matin.

Qui s’oppose à cette manifestation ?

Certains commerçants et habitants de la ville, ont prit en grippe les migrants. Un habitant de Calais a sorti son fusil lors de la manifestation.

Quel impact cela a t-il eu ?

Dimanche, environ 2 000 commerçants calaisiens ont défilé dans le calme pour « soutenir les emplois » dans les rues de leur ville, sous la bannière « Mon port est beau, ma ville est belle – soutenir notre ville, notre port, nos commerces et nos emplois ». Un rassemblement prévu avant les évènements de samedi, qui s’est déroulé sans mot d’ordre politique et en évitant toute prise de position hostile aux migrants.

Antoine  Sennepin

Écrit par Antoine Sennepin