« Ca y est, on a notre revanche » les Eagles of Death terminent leur concert !

Trois mois après l’attentat du Bataclan qui a fait 90 morts, le groupe Eagles of Death Metal (EODM) a fait son retour hier soir sur la scène de l’Olympia devant leurs fans dont des rescapés du Bataclan. Une soirée riche en émotions.

Et si Josh Homme et jesse Hugues, les fondateurs des EODM avaient raison : si le rock’n’roll pouvait nous sauver ? le groupe de rock Californien qui jouait au Batablan lors des attaques djihadistes, n’avait cesser de le répéter : il reviendrait terminer le concert. La réouverture de la salle étant prévue pour décembre, ils n’ont pas eu la patience d’attendre et ont mardi 16 février, rempli l’Olympia, une soirée qui pouvait s’apparenter à une sorte de thérapie collective !

Un dispositif de sécurité très important

Dès le début de l’après-midi, un important périmètre de sécurité avait été installé autour de l’Olympia. Un «  périmètre sanctuaire sans stationnement et vide de piéton, excepté le public du concert », selon la préfecture de police. Pour aider les rescapés qui se rendaient à l’Olympia il y a eu par ailleurs sur place une « équipe d’une trentaine de personnes avec des psychologues », présente tout le concert.

21h, Paris s’éveille

Les Eagles entrent sur scène, et ils n’ont pas repris le  concert ou ils l’avaient laissé, sur les accords  tragiques de « kiss the devil ». C’est sur la chanson « paris s’éveille » de Jacques Dutronc qu’ils ont commencé leur show. Ils ont été réclamés, acclamés, et accueillis par une immense ovation du public parmi lesquels se trouvaient des gens en béquilles qui portaient encore les traces du 13 novembre.

https://twitter.com/infos140/status/699691700252504069

Une fille montre son torse nu, un couple s’embrasse goulûment. Dans la tentative de minute de silence qui dure 23 secondes, un homme crie : « A poil ! « . Ces deux heures de concert ont donc été une célébration à la vie.

A lire aussi : Eagles of Death  Metal : le groupe écrit  » une chanson sur les attentats »

 » je vous aimes enfoirés,vous n’avez pas idée à quel point« , a lancé Jesse Hugues à la foule, en brandissant sa guitare peinte aux couleurs du drapeau français. Une manière de boucler la boucle sur ce drame.

Agathe Peroceschi

Écrit par Agathe Peroceschi