Ça match ou pas ?

Créée en 2012, l’application Tinder est la nouvelle tendance. Le but ? « Matcher », c’est-à-dire une connexion entre deux utilisateurs qui se plaisent mutuellement via son smartphone. Et l’amour dans tout ça ? 

L’interface est simple. Quatre boutons et deux choix : « Aimer » (swipe right) ou « passer » (swipe left) ! Pour connaître la personne, il y a de brèves informations : nom, prénom et âge. Dessous, on peut écrire une phrase de description. « On dira qu’on s’est rencontré au musée »  est la phrase la plus visible sur les profils pour ceux honteux d’utiliser l’application. Mais à la place des toiles de maitre, on peut admirer plusieurs photos des célibataires  (5 photos maximum).

C’est là toute la différence de Tinder par rapport aux autres sites de rencontres. Alors que Meetic, Adopte un mec ou encore Attractive World demandent des profils les plus complets possibles. À contre courant, Tinder se veut simple et rapide.

Un parallèle est possible avec l’application Grindr, créé en 2009, qui permet aux personnes gays de trouver une histoire d’un soir. La nouvelle application est plus généraliste : en couple, célibataire, homosexuel ou hétérosexuel, tout le monde est le bienvenue !

 

Capture d'écran profil Tinder

Capture d’écran profil Tinder

 

Sean Rad, fondateur de Tinder, a eu l’idée lors d’une soirée au restaurant avec ses amis. Les garçons étaient tous sur leur portable en attendant le message d’une fille. « Ça a fait tilt ! » explique ce nouveau Marc Zuckenberg dans une interview pour le magasine n°1 de Society. Tinder remplace petit à petit les réseaux sociaux classiques.

 

La société, installée à Bervely Hills à Los Angeles, communique rarement sur le nombre d’utilisateur mais en décembre 2014, Sean Rad avait annoncé avoir dépassé les 10 millions d’utilisateurs dans le monde. Et les autres chiffres ne mentent pas. Elle est l’application qui prospère le plus dans le monde des relations 2.0.

 

 

 

 

 

60% des utilisateurs de Tinder ont entre 23 et 30 ans. Depuis plusieurs mois, Lucile, 24 ans, passe sa journée à sélectionner sa future rencontre. Elle est mise en relation directement avec des garçons près de chez elle. Ainsi du virtuel à la réalité, il n’y a plus qu’un mouvement de doigt. Témoignage.

 

 

Draguer sans se prendre de râteau, Tinder traduit une envie d’immédiateté. Janine Vergé, psychologue, revient sur ce phénomène qui transforme les codes amoureux.

 

 

Considérée comme le nouveau Facebook, la start up californienne offre à présent une version payante avec de nouvelles fonctionnalités: Passport et Swype (bouton replay). A présent, les membres ont la possibilité d’annuler un « j’aime » ou « je refuse » un peu trop rapide.

La géocalisation se développe aussi. Un abonné de Tinder Plus peut chercher l’âme soeur à l’autre bout du monde avec la choix de localisation. Par exemple, il est possible de regarder les profils de Barcelone en se trouvant à Paris. Mais LA nouveauté est le prix variable. Si l’utilisateur est âgé, plus de 30 ans , l’abonnement est de 19,99 $ par mois au lieu de 9,99$.

 

Laura Minette

 

 

A lire les autres articles du dossier :

Textoter, instagrammer … ne pas parler

Addict aux clics

Retour vers le réel

Écrit par loly