Brexit : Quelles seraient les conséquences économiques ?

Si la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est votée par référendum, les conséquences économiques pour le pays ainsi que pour son principal partenaire économique : l’union européenne pourraient être désastreuses pour les deux camps. 

Selon une étude menée par le think tank Allemand Bertelsmann Stiftung avec l’institut Ifo de Munich, le Royaume-Uni pourrait perdre jusqu’a 313 milliards d’euros d’ici 2030 (par rapport au scénario où le brexit n’aurait pas lieu). Pourquoi ? Car si le Royaume-Uni sort de l’UE, il devra payer des taxes douanières pour son commerce international et les entreprises limiteraient leurs investissements et leurs productions sur le territoire britannique. Cette perte ne pourra pas être couverte par l’arrêt de la participation au budget de l’union européenne qui représentait 11,342 milliards d’euros en 2014.

La Belgique, le Luxembourg et L’Irlande en souffriront le plus

Dans tous les scénarios envisagés du Brexit, que les accords commerciaux entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni soient maintenus ou pas, certains pays en pâtiront sévèrement. Selon l’étude citée ci-dessus, la Belgique pourrait souffrir d’une baisse de son PIB de -0,2% à -0,96%, le Luxembourg perdrait de -0,48% à -0,8% et l’Irlande, pays qui a le plus à perdre (-0,82% à -2,66%). La France, quant à elle, s’en remettrait car la perte est estimée de -0,06% à -0,3%.

Le commerce mondial britannique en berne

Positionné au 8ème rang mondial pour les exportations de marchandises et au 6ème en importations, la part du Royaume-Uni dans le commerce mondial est en chute libre. La sortie de l’UE du Royaume-Uni pourrait avoir des conséquences néfastes sur l’économie extérieur du pays car il réalise la majeure partie de ses opérations extérieures avec l’Union Européenne. Le brexit entrainerait une perte des avantages du marché unique, le rétablissement des taxes causerait la hausse des prix de certains produits comme les médicaments (+4,5%), l’automobile (+10%), tabac et alimentaire (+20%) selon OpenEurope.

A lire aussi sur IEJ News : Comprendre le brexit

Romain Philips

Écrit par Romain Philips