Bombardements hôpital MSF en Syrie : à qui la faute ?

Au lendemain du bombardement d’un hôpital MSF ( Médecins Sans Frontières ) en Syrie, chaque camp s’accuse réciproquement. Tous les acteurs concernés de la crise syrienne pencherait pour une responsabilité du  Kremlin et du régime syrien. 

L’hôpital visé se trouvait dans la zone d’Idleb contrôlée par l’opposition au régime de Bachar-El-Assad. Selon le docteur Mego Terzian, président de MSF France :

 » Ce serait illogique qu’ils bombardent un hôpital qui est censé soigner leur population.- Et c’était délibéré, c’est certain, car quatre roquettes en quelques minutes, au même endroit, visant le bâtiment de l’hôpital, ça ne peut pas être un incident ou un hasard.«  a-t-il déclaré dans un entretien accordé au journal Le Monde.

L’ambassadeur de Moscou en Syrie Riad Haddad, a quant à lui accusé lundi l’aviation américaine d’avoir détruit l’hôpital:

 « Vraiment, l’aviation américaine l’a détruit. L’aviation russe n’a rien à voir dans tout ça, les renseignements recueillis en témoignent clairement », a-t-il assuré .

Selon le diplomate syrien, les accusations américaines sont « une manifestation de la guerre de l’information qui a commencé dès les premiers jours du conflit en Syrie ».

Washington a mis en cause le régime syrien et son allié russe. Le département d’Etat américain a dénoncé à la presse «la brutalité du régime Assad» et mis «en doute la volonté et/ou la capacité de la Russie à aider à l’arrêter».

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a dénoncé  » des violations flagrantes du droit international », cependant il n’a pas attribué la responsabilité des tirs de missiles.

L’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar Jaafari, s’en est pris à Médecins sans frontières, accusant l’ONG française de travailler pour les services de renseignement français. « Ce prétendu hôpital a été installé sans la permission du gouvernement syrien par le soi-disant réseau français appelé Médecins sans frontières qui est une branche des services de renseignement français opérant en Syrie », a déclaré à la presse Bachar Jaafari. « Ils assument toutes les conséquences de cet acte parce qu’il n’ont pas consulté le gouvernement syrien », a-t-il ajouté.

À lire également : Damas accuse Médecins sans frontières d’agir pour les renseignements français
Syrie: l’ambassadeur à Moscou accuse les États-Unis d’avoir bombardé l’hôpital

Florence Maurice-Peroumal

Écrit par Florence Peroumal