Boko Haram, l’engin de mort

Le groupuscule terroriste africain Boko Haram fait parler de lui depuis plusieurs années maintenant, menant des actions d’une barbarie extrême. Mais que sait-on vraiment de ces djihadistes en quête de médiatisation ?

 

Qui sont-ils ?

Boko Haram est un groupe terroriste se revendiquant du salafisme. Créé en 2002 par le Nigérian Mohamed Yusuf, tué en 2009 par la police nigériane, l’organisation est désormais aux mains d’Abubakar Shekau. On estime que ses effectifs sont compris entre 10 000 et 30 000 djihadistes, pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne. Revendiquant sa filiation avec les Talibans afghans, on depeint souvent comme une secte ce groupe d’extrémistes ultra-violents.

 

Quels sont leurs principaux objectifs ?

Contrairement à Al-Qaida, Boko Haram se concentre sur l’établissement d’un califat au Nigeria, garant du respect de la charia, loi islamique très conservatrice et souvent appliquée de manière autoritaire et brutale. Son nom signifiant « l’éducation occidentale est un péché », le groupe islamiste veut interdire l’éducation laïque ainsi que l’instruction des jeunes filles.

 A lire aussi : Boko Haram, le Tchad prend les choses en main

 

Quelles sont leurs cibles ?

Opposés à toute forme de laïcité, et notamment par l’éducation, les hommes de Boko Haram mènent des raids contre les écoles. Les forces de l’ordre et l’armée sont évidemment elles aussi des cibles de choix. Le territoire nigérian est leur principal terrain d’action, mais le groupe djihadiste a récemment mené des opérations contre des villages camerounais, décapitant notamment un chef de village traditionnel et son enfant, peu après les avoir enlevés.

 

Quel est leur modus operandi lors des attaques ?

Lorsque les hommes d’Abubakar Shekau s’attaquent à des établissements scolaires, ils massacrent élèves et professeurs sans aucune distinction d’âge ou de confession. Ils épargnent cependant les jeunes filles, mais les kidnappent afin de les marier de force à des djihadistes. Le groupe est d’ailleurs à l’origine de la rafle, le 14 avril 2014, de plus de 270 jeunes filles, dont le leader avait annoncé la « vente sur le marché, au nom d’Allah ». Les prises d’otages sont aussi monnaie courante, et servent à générer des fonds pour mener des actions ultérieures toujours plus efficaces.

 

Quels sont les moyens mis en œuvre pour les stopper ?

Depuis 2012, six états ont officiellement désigné Boko Haram comme une organisation terroriste, avec parmi eux, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis. L’ONU a quant à elle effectué cette démarche le 22 mai 2014, peu après la rafle des lycéennes nigérianes. Des échanges de renseignements et une formation de l’armée nationale ont aussi été mis en place par des Etats comme la France ou le Royaume-Uni. Le Tchad, le Niger et le Nigeria ont par ailleurs mis en place une force multinationale conjointe afin de sécuriser leurs frontières dans le but de lutter contre l’organisation terroriste.

Arthur Vazquez

Écrit par arthursofia