Björk en 5 chansons

La chanteuse Björk entre au MoMa. Dans une exposition rétrospective, la reine de l’électro s’impose dans le lieu dédié à l’art moderne. Une première.

Difficile de transposer une œuvre musicale sur toile. C’est pourtant le défi que se lancent le MoMa, à New York, et Anthony, d’Anthony and the Johnsons. L’objectif est simple : rendre hommage à la grande Björk.

A lire : 50 mauvaises nuances de Björk

Au MoMa la chanteuse est omniprésente. Sur deux étages on est suivi par le crachin d’un audioguide qui nous livre sans pudeur le secret de l’œuvre de Björk. Au deuxième étage on est envahi ! Depuis hier, des dizaines de mannequins à l’effigie de la chanteuse nous regardent. L’argument se tient. C’est grâce à sa folie douce et artistique que l’Islandaise a gagné sa place à New York. Elle y restera donc le temps d’une rétrospective bien méritée jusqu’au 7 juin.

Dès 1977 et son premier album solo, la chanteuse s’impose avec son style décalé. Loin des sons électro endiablés qui déchaînent les foules en boîtes et pendant les festivals, elle crée un univers bien à elle : expérimental. Et jusqu’en 2012, elle ne cesse de nous enthousiasmer avec ces rythmes dansants qui s’allient parfaitement à n’importe quel autre genre. D’un jazz joyeux à une pop enfantine, l’Islandaise s’est aussi souvent affranchie de sa langue natale pour interpréter ses titres en anglais.

 

  • Himnafor extrait de Björk (1977)

  • Aurora extrait de Vespertine (2001)

  • Oceania extrait de Medulla (2004)

  • Vertabrae by Vertebrae extrait de Volta (2007)

  • Thunderbolt extrait de Biophilia (2012)

 

 Camille Evangelista

Écrit par agc