« Big Eyes » de Tim Burton: portrait ou autoportrait ?

 

C’est la sortie cinéma de la semaine. Tim Burton, l’un des réalisateur phares du cinéma-autographique, dresse cette semaine le portrait d’un escroc ayant ursupé l’identité de sa femme-peintre.

C’est sans doute l’un des meilleurs longs-métrages de Tim Burton depuis longtemps. Après une série de films en demi-teinte, le réalisateur américain raconte à travers son regard singulier l’histoire aussi fascinante que méconnue en France des époux keane. Margaret (Amy Adams) quitte son mari, avec sa fille sous le bras, espérant des jours meilleurs dans cette Amérique des années 1950. Arrivée depuis peu à San Francisco, elle fait la connaissance de Walter Keane (Christoph Waltz), agent immobilier excentrique et peintre du dimanche qui rêve de vivre de ses pinceaux. Leur union soudaine leur semble naturelle. Margaret peint et Walter, homme à l’aisance naturelle en société, se charge de démarcher les acheteurs potentiels. Mais confinée dans son appartement, Margaret ne découvre pas tout de suite que son mari s’approprie ses toiles. Lorsqu’elle s’aperçoit de la supercherie, Waltz la convainc de la nécessité de ce mensonge.

Retour sur un scandale presque inconnu en France

L’affaire Keane, qui défraya la chronique américaine au début des années 1960, leva le voile sur l’une des plus grandes impostures qu’ait connue le monde de l’art. Derrière le mythe, Burton tente de cerner les raisons qui ont poussé Margaret Keane à accepter le stratagème commercial de son mari, et l’emprise qu’il avait sur elle. Si Amy Adams mérite son Golden Globe 2015 de la meilleure actrice dans une comédie pour son rôle, Christophe Waltz séduit par son esbroufe et se fond avec aisance dans l’univers burtonien. Big eyes ne semble pas d’emblée frappé du sceau de l’excentricité légendaire du cinéaste, et pourra à ce titre en surprendre plus d’un. Mais on se rappellera qu’en 1995, il avait mis en scène de manière plutôt sobre en vie du réalisateur incompris Ed Wood.

Bourillon Jessy

Écrit par cabouko