Le ministre des finances, Michel Sapin et le ministre de l’économie, Emmanuel Macron ont réclamé au PDG d’EDF, des clarifications sur ses filiales établies dans pays à la fiscalité avantageuse.

A la veille du G20, la France doit se montrer exemplaire. Alors que la lutte contre l’optimisation fiscale sera un des sujets majeurs discutés par les ministres des finances à Istanbul, lundi et mardi, le gouvernement souhaite faire toute la lumière sur les soupçons qui pèsent sur EDF.

Dans une lettre co-signée et datée du 6 février, dont Le Monde a eu connaissance, les deux ministres de Bercy demandent au patron de l’entreprise publique de « faire la transparence sur les implantations et participations (de l’entreprise) à l’étranger » et « d’informer le conseil (d’administration) sur les évolutions à envisager en la matière ».  

Les deux ministres souhaitent aussi que la liste des implantations et participations «soit rendue publique», puisque l’Etat détient plus de 80 % du capital du géant de l’électricité.

Les implantations visées par le gouvernement sont celles des deux sociétés d’assurance, filiales du groupe: Wagram Insurance Company située en Irlande et Océane Ré basée au Luxembourg. EDF détient également une participation de 3,8% dans une société d’assurance située dans les Bermudes. L’existence de ces activités avait été révélée par France 2 en décembre dernier.

«Il n’y a rien d’illégal», ajoutait EDF. Le groupe rappelait que les activités de ces deux entreprises étaient très faibles avec un chiffre d’affaires de 62 millions d’euros en 2013 contre 75,6 milliards d’euros pour l’ensemble du groupe.

A Istanbul, les ministres des Finances devraient à nouveau relancer l’offensive contre une optimisation fiscale qui fait perdre d’importantes recettes chaque année aux États.

Séphora Benazouz

Écrit par carlaroxana