Beauté, bricolage : Le B.A.ba de la débrouille

Des produits de beauté qui sortent d’un frigo, des tables basses en palettes de bois… Les Do It Yourself Beauté et Bricolage sont au coeur de la tendance « Systèmes D ». 

Marine Mendes est une bloggeuse mode. @MM

Marine Mendes est une bloggeuse beauté. Elle utilise fréquemment des produits de beauté fait-maison @MM

Les tutos beauté représentent plus d’un tiers du marché du Do It Yourself (DIY). Les femmes semblent particulièrement séduites par ce mode de consommation qui permet d’apprendre à fabriquer ses produits de beauté soi-même.

« Elles aiment créer quelque chose de leur mains. Par souci d’économie, pour la sensation d’avoir des produits uniques et sur-mesure, ou encore par logique du minimalisme. » explique la bloggeuse beauté Marine Mendes. De plus en plus de femmes se mettent au DIY (Do It Yourself) pour réaliser elles-mêmes leurs produits de beauté. Un jeu pour certaines, une économie pour d’autres. Chacune a ses raisons d’adopter ce mode de consommation selon la bloggeuse. Le prix des produits, le sentiment de ne pas bien connaître ses composants mais aussi la tendance « Green » ont fait enfler ce phénomène très rapidement. Le Do It Yourself s’inscrit dans une logique de petite quantité pour une meilleure qualité. « On fait ses propres produits de beauté pour s’assurer que la composition soit irréprochable. C’est aussi une façon gourmande de créer ses cosmétiques puisqu’on utilise des produits à partir d’éléments comestibles «  confie Marine Mendes.

Un prix alléchant

C’est aussi ça l’avantage du Do It Yourself beauté : une crème de jour se réalise en quelques minutes avec des produits que tout le monde a dans son frigo. Ce principe se répercute sur le prix du produit : « C’est plus intéressant que d’acheter des produits à 40€ les 10ml juste parce que leur composition est soi-disant 99,9% d’origine naturelle. Un produit que l’on fait chez soi tiendra en moyenne 1 semaine, soit. Mais il aura coûté 2€ » explique la jeune bloggeuse.

Aujourd’hui, le DIY beauté propose de réaliser à peu près tout ce qui se trouve sur le marché. Allant des produits lavants aux produits hydratants en passant par des produits plus ludiques. Au sommet de la tendance ces derniers mois : les bombes de bains. Ces boules effervescentes donnent une odeur toute particulière à l’eau du bain et génèrent des bulles. Faites avec moins de produits chimiques qu’en magasin, elles sont devenues l’objet des fantasmes des accros au DIY.

Un plaisir manuel

Le Do It Yourself permet de faire des économies, de bénéficier de produits plus qualitatifs mais c’est aussi une source de plaisir pour les adeptes des travaux manuels: « Masques pour le visage ou les cheveux, déodorants, crèmes hydratantes pour le corps ou encore gommages… Les gens prennent plaisir à réaliser leurs propres produits, à redécouvrir des matières brutes et à apprendre les propriétés de chaque ingrédient. Ils trouvent le processus ludique et ont l’impression d’être des petits chimistes » . Créer est au centre de ce concept qui attire de plus en plus. Plus qu’un besoin de revenir à des produits plus naturels, c’est surtout un loisir. » J’ai commencé parce que je trouvais ça rigolo. Finalement j’en teste plein. Certains marchent, d’autres c’est la cata ! Mais c’est mon rituel du week-end ! Les odeurs, les textures, ça donne envie ! » raconte Clara, jeune maman de 27 ans. Et elle a sa petite préférence. Une crème nourrissante à base d’abricot, de crème fraîche et de miel. Un mélange simple qu’elle répète toutes les semaines. Pas de gaspillage et une économie de 150 euros par an.

La beauté n’est pas le seul secteur qui intéresse les français. Bricoler chez soi est devenu un passion pour bon nombre d’entre eux.

Le bricolage, une passion pour 80% des français

Améliorer son quotidien, embellir sa maison mais aussi aussi personnaliser son intérieur sans faire appel à un architecte… Les habitudes des Français changent.  Désormais 80% d’entre eux réparent et bricolent eux-mêmes. Pour eux, c’est un moyen de réduire les dépenses dans ce domaine. Des centaines de tutoriels fleurissent sur la toile pour aider les particuliers à monter une étagère ou poser du carrelage ou encore couler une chape de béton.

Depuis 2010, Castorama produit des tutoriels de bricolage qu'il publie sur sa chaîne Youtube. @Captured'écran

Depuis 2010, Castorama produit des tutoriels de bricolage qu’il publie sur sa chaîne Youtube. @Captured’écran

Le bricolage représente 24,4 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2013 en France. Un marché lucratif qui a poussé les grandes enseignes à s’adapter aux nouvelles lois du marché. En proposant des tutoriels, ils fidélisent leurs clients et entraînent dans leur sillage les plus réticents. C’est le cas de l’enseigne française Castorama. Elle a été l’une des premières à s’adapter à cette nouvelle économie. Leur première vidéo voit le jour en 2010. Chacune d’entre elles est un guide étape par étape qui conseille l’internaute dans la réalisation d’un bricolage thématique.

« On a choisi de faire des vidéos que chacun puisse reproduire chez soi, sans forcément être mordu du bricolage. Notre cible c’est le client lambda qui achète sa maison et qui veut tout faire seul. On souhaite également leur montrer que nous ne sommes pas seulement là pour leur vendre du matériel mais aussi pour les accompagner chez eux » explique Priscilla De Couaine, chef de projet.

L’enseigne produit en moyenne 15 vidéos par an sur des sujets divers comme « Poser du carrelage mural » ou « monter une cloison en plaques de plâtres ». Un rythme moins soutenu qu’au lancement de la chaîne. Il y a 6 ans, l’équipe produisait 80 vidéos afin d’inonder internet avec leurs tutoriels. Castorama privilégie désormais la qualité.

Ces productions demandent d’ailleurs un gros travail en amont: « En moyenne, entre le moment où l’on définit le sujet et où il est mit en ligne, il se passe 12 semaines. Avant de se lancer dans une nouvelle vidéo, on réalise une étude de marché pour savoir qu’elle sont les besoins des français et ce qui a déjà était fait par la concurrence » poursuit la responsable. Toujours pour accompagner au maximum ses clients, Castorama, comme les autres magasins de bricolage, à l’instar de Leroy Merlin, propose également des ateliers par thématique dans ses magasins. Cette pratique est perçu par les utilisateurs comme valorisante, ils peuvent ainsi dire fièrement à leur entourage « C’est moi qui l’ai fait !« 

Clémence Forsans, Marjolaine Margue

 A lire également les articles du dossier:

D’ou viennent ces systèmes D ?

WANTED# Bonsplans: Le système D en réseau

Les systèmes zéro euros

Les Limites du système D

Écrit par marjolaine.margue