Bachar el-Assad prêt à tendre la main à Donald Trump

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis a suscité de nombreuses interrogations concernant sa politique au Moyen-Orient. Le nouveau président était plutôt favorable au régime syrien lors de sa campagne, face à Hillary Clinton qui voulait accroitre le soutien de Washington à l’opposition syrienne.

 

« Je n’aime pas Assad. Mais Assad fait la guerre à l’Etat islamique. La Russie fait la guerre à l’Etat islamique. Et l’Iran fait la guerre à l’Etat islamique ».  Pour Donald Trump, l’EI est le seul ennemi qu’il faut combattre au Moyen-Orient. Même s’il faut s’allier avec l’axe Moscou-Téhéran-Damas.

Ce mercredi, c’est Bachar el-Assad qui, pour la première fois se déclarait « être prêt à coopérer avec le président américain« , lors d’une interview accordée à la télévision portugaise. Mais le président syrien a nuancé ses propos, assurant qu’il « attendait de voir » si le nouveau président américain allait tenir ses propos vis-à-vis de la Syrie.

« C’est pour cette raison que nous sommes très prudents dans notre jugement à son égard (…) mais disons que s’il combat les terroristes, bien sûr, nous serons ses alliés, un allié naturel avec les Russes, les Iraniens »

D’autant plus que le 45ème président des Etats-Unis affichait une volonté de rétablir des relations normales avec le président russe.

« Je n’ai jamais rencontré Poutine. Ce n’est pas mon meilleur ami. Mais si les Etats-Unis s’entendaient avec la Russie, ce ne serait pas si mal », affirmait le futur Président lors du troisième débat télévisé.

Un rapprochement qui ouvrirait une nouvelle page sur la scène politique internationale.

Alexandre Hachem 

 

Écrit par Alexandre Hachem