Marine Serre, nouveau visage de la mode française

CEUX QUI VONT MARQUER 2018. Propulsée dans le monde de la mode en remportant le prix LVMH, Marine Serre, 26 ans, s’apprête à présenter une nouvelle collection en mars prochain.

A côté de Rihanna, qui lui remet chaleureusement le prix LVMH, Marine Serre ne semble pas peser bien lourd. Quelques secondes plus tôt, la star de la pop a prononcé le nom de la Française -tentant de ne pas l’écorcher -, faisant définitivement sortir de l’ombre cette souriante femme de 26 ans.

« Une étudiante idéale »

Du haut de son mètre cinquante, avec sa coupe garçonne, mêlée à son ambition et un talent immense, c’était bien elle, la star de la cérémonie. Après avoir conquis le cœur de ce jury, composé notamment de Karl Lagerfeld (Chanel) et de Nicolas Ghesquière (Louis Vuitton), la Corrézienne s’apprête à présenter sa troisième collection, en mars prochain.

Marine Serre est prête à imposer son style. Son amour pour le sportswear pourrait vite la faire entrer dans les grands noms de la mode, où s’affiche d’ailleurs déjà Rihanna avec sa marque Fenty x Puma.

Tony Delcampe, directeur de la section mode de La Cambre, l’école bruxelloise où Marine Serre a été diplômée en 2016, témoigne de l’assiduité de son élève : « C’était une étudiante idéale, qui a vraiment pris tout ce qu’on lui donnait avant de le mettre en pratique. »

Il ajoute qu’elle ne comptait pas les heures, et proposait des rendus souvent plus complets avec quelques jours d’avance. En revanche, son ancien directeur ne s’est pas caché d’avouer que son examen d’entrée à La Cambre avait été pour le moins original : « La collection qu’elle a présenté était de loin la pire du concours », dit-il en rigolant. Malgré tout, le jury semble avoir eu l’œil ce jour-là, en lui permettant tout de même de venir étudier dans la prestigieuse école. « Maintenant qu’elle a quitté Balenciaga, j’espère qu’elle se fera sa place avec sa propre marque. »

Talentueuse et généreuse

Depuis l’obtention de son prix, la jeune créatrice préfère travailler loin des caméras et des stylos des journalistes. « Elle ne veut pas trop s’exposer. Elle a beaucoup de pression sur les épaules avec ce prix, et ne veut pas s’en rajouter », raconte Alexandre Paty, un confrère styliste qu’elle a longuement côtoyé à La Cambre.

Après quatre années de formation commune, son ami l’affirme : Marine Serre est très appliquée et travailleuse. « Dès la première année, j’ai senti qu’elle avait un truc. Elle a su se faufiler dans les tendances et dans l’ère du temps. »

En témoigne l’une de ses dernières créations, où un croissant de lune apparaît sur chaque tenue, en référence à l’art islamique.

Dans une de ses rares interviews, accordée au magazine Vogue en juillet dernier, la nouvelle figure de la mode française raconte que le prix LVMH a été une véritable chance, capable de donner « de l’espoir à beaucoup de gens ». Car avant de penser à sa belle carrière, Marine Serre se soucie de ceux qui l’entourent. À l’issue de sa victoire, elle a assuré que les 300.000 euros accompagnant le trophée permettront de « rémunérer l’équipe qui travaille pour moi gratuitement ». En effet, pour réaliser cette collection qui lui a apporté la victoire, son équipe était entièrement bénévole.

Pour la jeune styliste, 2018 s’annonce comme l’année de la confirmation. Dès le mois de mars, elle doit sortir sa nouvelle collection et confirmera aux plus grands qu’elle compte bien faire partie des leurs.

Martial Peuvion et Pierre Zeau

Écrit par Martial Peuvion