Attentat d’Istanbul : le tireur toujours en fuite

Après l’attaque meurtrière du nouvel an dans une boite de nuit turque, le pays se mobilise pour capturer le tireur toujours en fuite. D’importants dispositifs de sécurité sont mis en place pour capture l’homme au visage et au nom encore inconnus. 

La chasse à l’homme continue en Turquie après l’attentat qui a fait 39 morts, dont une franco-tunisienne, et 69 blessés ce samedi 1er janvier, vers 1h15 heure locale. Revendiquée par Daesh ce lundi 2 janvier, l’attaque a été menée par un homme qui a ouvert le feu sur la foule dans une discothèque bien connue d’Istanbul, la Reina. Sur l’assaillant, très peu d’informations : ni portrait-robot, ni nom ne sont pour l’heure connus ou diffusés. Süleyman Soylu, le ministre turc de l’Intérieur, a déclaré que « les recherches pour retrouver le terroriste (étaient) toujours en cours. J’espère qu’il va être rapidement capturé« , alors que 17 000 policiers étaient déjà déployés pour assurer la protection de la population lors des festivités du nouvel an.

La police turque, mobilisée

Périmètre de sécurité de trois kilomètres autour de la discothèque, sécurité renforcée dans les grandes villes du pays, barrages établis sur les routes menant aux principales places d’Istanbul et d’Ankara, la capitale turque : de nombreux dispositifs prennent place tant que l’assaillant n’a pas été arrêté. En parallèle, un conseil de sécurité se tenait hier en milieu de journée, supervisé par le Premier Ministre turc, Binali Yildirim.  Ce dernier indiquait que l’enquête se poursuivait « de façon très minutieuse« , alors que peu d’indices permettent d’identifier le tireur. Seules quelques vidéos, filmées devant la Reina, font apparaitre l’homme avant qu’il abandonne son arme et profite de l’anarchie pour s’enfuir.

Des nombreuses personnalités politiques françaises ont réagi à la suite de l’attaque :

Rafaëlle Dorangeon

Écrit par Rafaelle Dorangeon