Atsem en colère : nouvelle journée de mobilisation

Leur rôle est primordial mais pas assez reconnu. Les Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) sont descendus dans les rues un peu partout en France pour faire entendre leur colère.

Après un premier mouvement en décembre, les agents territoriaux (Atsem) ont lancé un appel à la grève au niveau national ce mercredi 1er février. Un mouvement de grève qui a lieu la veille de la présentation du rapport du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale sur ce cadre d’emploi. Depuis sa création en 1992, leur statut n’a malheureusement pas évolué.

Les Atsem participent à la vie quotidienne des classes de maternelles, que ce soit le ménage du matin avant l’arrivée des enfants, la distribution des goûters ou l’aide pour enfiler les manteaux. Ces agents assistent les instituteurs et institutrices dans des tâches pédagogiques et éducatives comme l’encadrement d’ateliers mais aussi l’accompagnement d’enfants en situation de handicap.

Que revendiquent les Atsem ?

Depuis la nouvelle réforme des rythmes scolaires, les Atsem sont de plus en plus débordés. Certains d’entre eux travaillent jusqu’à 41 heures par semaine pour un revenu de 1.200 euros. Une injustice et un épuisement qui ont poussé ces agents territoriaux à manifester pour une revalorisation de leurs postes. 

Ces derniers dénoncent le manque de reconnaissance de leur travail qui s’est alourdi depuis la réforme des rythmes scolaires et exigent donc une meilleure reconnaissance du métier et la revalorisation de leurs salaires. Ils souhaitent bénéficier d’une évolution dans leur carrière car la plupart des postes ne le proposent pas. Il y a également une incohérence dans leur statut, à savoir la double hiérarchie. Les ordres des Atsem viennent à la fois de l’Éducation nationale et des collectivités territoriales dont elles sont dépendantes.

Pour mener à bien leur mobilisation, les Atsem réclament également la rédaction d’une charte pour mettre au clair leurs missions et leurs tâches au sein des établissements scolaires. 

Une pétition a été lancée pour interpeller les ministres Annick Girardin, en charge de la Fonction publique et Najat Vallaud-Belkacem (Education nationale) de la situation de plus en plus précaire des Atsem.

Elisa Prejeant

Écrit par iejpedago