Les assistants parlementaires du FN soupçonnés de fraude

29 assistants des 23 députés européens du Front National sont suspectés de fraude. Le président du Parlement européen, Martin Schultz, a saisi l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf). Parmi eux, des proches de la présidente du parti, Marine Le Pen et trois membres du cabinet de Jean-Marie Le Pen.

Ils sont soupçonnés de se servir des rémunérations que leur verse le Parlement européen pour financer le Front National. Or, ces rémunérations ne doivent couvrir que « les frais correspondant à l’assistance nécessaire et directement liée à l’exercice du mandat parlementaire des députés. » Il est interdit d’utiliser cette somme pour financer des projets d’un parti politique unique. Mais les assistants soupçonnés figurent tous sur l’organigramme du FN, c’est ce qui a mis la puce à l’oreille du Parlement.

Lire aussi : Vingt assistants du FN au Parlement européen visés par une procédure pour fraude.

Selon les accusations, ils travailleraient pour le parti d’extrême droite aux frais de l’institution. La somme totale détournée s’élèverait à 7,5 millions d’euros. Si les accusations sont avérées, cela constituerait une fraude au budget. Martin Schultz a également alerté la garde des sceaux Christiane Taubira. En France, cette affaire correspondrait à un financement illicite de parti politique.

Antoine Vedel

Écrit par msd