Les Bleus joueront ce samedi 4 février face à l’Angleterre un match ultra-décisif pour la suite du Tournoi des Six Nations. Nous avons choisi les trois duels-clés d’un crunch qui s’annonce sanglant.

Eddie Jones/Guy Novès : duel de maestros

Ce sont sûrement deux des plus grands entraineurs de l’histoire du rugby et pourtant tout les oppose. D’un côté, Eddie Jones, champion du Super 12 avec l’équipe australienne des Brumbies en 2001, finaliste de la Coupe du Monde de 2003 avec l’Australie, passé par les sélections sud-africaines et japonaises, il incarne le rugby mondialisé. Pour le moment, tout roule avec le XV de la Rose, qui a gagné tous ses matchs la saison passée, alors qu’il l’avait récupéré en lambeaux après la Coupe du Monde.

De l’autre, Guy Novès, légende du rugby français, quadruple champion d’Europe et dix fois champion de France avec le Stade Toulousain, qu’il n’a jamais quitté, sauf pour réaliser l’apogée d’une carrière, entrainer le XV de France. Depuis sa prise de fonction, le bilan n’est pas incroyable : quatre victoires en dix matchs. Pourtant, en novembre, les Bleus auraient battu l’Australie (23-25) sans une énorme faute d’arbitrage. Ils ont aussi failli renverser les All Blacks (19-24). Si le XV de France a retrouvé un jeu spectaculaire, l’amour du maillot et l’engouement des supporters, Novès n’y est pas pour rien.

Hartley/Guirado : deux capitaines en tête à tête 

 

Au milieu de la mêlée se trouveront les deux capitaines/talonneurs. Ils conduiront leurs équipes à la guerre, tels des fers de lance. Reste à savoir lequel des deux tombera le premier. En effet, la mêlée fermée sera le premier indicateur de force des deux équipes. Néo-Zélandais d’origine, Dylan Hartley incarne pourtant l’arrogance anglaise. Souvent au cœur de polémiques pour des gestes dangereux et pointé du doigt pour son exemplarisme douteux, il essayera de faire craquer les Bleus.

Ces derniers devront se contrôler, ils ne doivent pas trop en faire si – crunch oblige – les acteurs du match en viennent aux mains. Ce sera donc à Guilhem Guirado de canaliser les siens. Et il lui faudra montrer l’exemple, comme il l’a fait au Tournoi 2016. On ne l’a pas trop vu lors de la tournée de novembre, et il vit une période difficile avec Toulon. C’est le moment de tout lâcher et d’enfin emmener l’équipe de France au sommet.

Ben Youngs/ Baptiste Serin : le taulier face au jeune prodige

 

 

 

On ne présente plus Ben Youngs, titulaire – presque – incontesté depuis 2011. À 27 ans, il a su revenir à son meilleur niveau. Du haut de ses 66 sélections, le joueur de Leicester est actuellement le meilleur joueur du monde à ce poste et il l’a prouvé en marchant sur l’Australie en novembre.

Face à lui, Baptiste Serin, grand espoir du rugby français. À seulement 22 ans, le Bordelais a excellé cet été face à l’Argentine en tant que titulaire, et a fait de remarquables rentrées contre l’Australie et la Nouvelle-Zélande. On n’oubliera jamais sa magnifique chistera (passe dans le dos) pour l’essai de Picamoles face aux Blacks. Titulaire lors du match contre l’Angleterre, il devra confirmer tous les espoirs placés en lui.

Maxence Vanhille

Écrit par iejpedago