Angers : l’erreur médical au cœur d’un procès

Après 6 ans d’attente, le CHU d’Angers ainsi qu’une opératrice du Samu ont rendez-vous ce lundi devant le tribunal correctionnel d’Angers. Mis en examen pour homicide involontaire, ils sont accusés de n’avoir pas envoyé à temps les secours à une jeune femme qui faisait un malaise.

Il est 8h21, Stéphanie Rousset se sent très mal. À la vue des symptômes, son compagnon, lui même ambulancier à l’hôpital d’Angers, appelle le 15 pour demander une ambulance.

Après un appel interrompu, Arnaud Blot contacte une nouvelle fois le 15 et explique, très inquiet, que sa compagne a du mal à respirer, qu’elle ne voit plus rien, et constate un début d’embolie pulmonaire. La sœur de la victime, également sur place, prend aussi contact avec les urgences.

Stéphanie Rousset qui avait accouché un mois plutôt, elle perd conscience et fait un arrêt cardiaque.

Les secours arrivent trop tard. Près de 45 minutes après le premier appel d’Arnaud Blot. Le décès est confirmé par le Smur à 9h11. L’appel n’aurait pas été pris au sérieux, L’avocate du CHU conteste toute erreur, quand à Arnaud Blot il dénonce une mauvaise organisation du services des urgences.

                                  Carla Kakoun

Écrit par carlaroxana