American sniper tire-t-il dans le sens de la propagande ?

Véritable succès mondial, American sniper réalisé par Clint Eastwood vient de dépasser les 337, 5 millions de dollars de recette au box-office américain et grimpe sur la première marche du podium. Toutefois, bon nombre de personnes y voit un film de propagande sur l’armée américaine et les réactions sur les réseaux sociaux restent partagées. Explications.

Il a été le sniper le plus prolifique de tous les Etats-Unis, avec officiellement 160 personnes tués sous les coups de son arme, Chris Kyle a eu le droit à l’adaptation cinématographique de son autobiographie. Néanmoins, c’est sur les réseaux sociaux qu’est née une grande polémique autour de ce film dont le succès n’est plus a revendiquer. Le terme de propagande est ainsi explicitement utilisé pour résumé le long-métrage. Pourquoi ? sur Twitter, on peut assister à une déferlante de haine raciale.

Traduction : «American Sniper me donne envie d’aller tirer sur des putains d’Arabes» , pianote @dezmondharmon surement bien caché derrière son écran. «Il est bon de voir un film où les Arabes sont représentés pour ce qu’ils sont vraiment –de la vermine pourrie qui veut nous détruire», estime @harshnewyorker.

L’idée d’une propagande sur l’armée américaine est-t-elle légitime ? Si quelques uns s’emportent sur la toile en déversant leur haine contre les Arabes, on peut s’imaginer que la source du conflit a débuté de cette façon. Oui en vue de ce genre de propos, il ne faut pas s’étonner si de nombreuses personnes y voient un film américanisé où bannières et drapeaux américains sont de mises pendant tout le film. Toutefois, le réalisateur de légende, Clint Eastwood, s’est déjà expliqué sur son opposition à la guerre en Irak où il évoquait « l’arrogance de vouloir entrer en guerre sans même se poser la question de sa justification, ni des conséquences tragiques qu’elle aurait pour tant de monde« .

Simple film patriotique qui dénoncent l’ambiguité de la guerre en Irak ou véritable hommage au sniper américain qu’on surnommait « la légende », – assassiné il y a deux ans par un ancien soldat américain – ? Chacun reste libre de penser ce qu’il veut.

Baptiste Rouch

Écrit par camalexia