Allemagne: 70 ans après, l’extrême droite revient à la charge

Le parti conservateur d’Angela Merkel (CDU) a été vaincu, ce dimanche 13 mars, lors des élections régionales dans trois Länder en Allemagne. Une percée exceptionnelle de l’extrême droite (AfD) qui s’explique en raison de la politique d’accueil des réfugiés de la chancelière.

C’est une véritable claque pour Merkel et un séisme politique. 70 ans après l’horreur nazie, l’extrême droite revient à la charge en infligeant une défaite sans précédent à la chancelière allemande lors des élections régionales.

Sans autre programme que l’opposition à la politique migratoire de la chancelière jugée trop généreuse, l’extrême droite (AfD) a permis à la population d’exprimer sa colère après l’accueil de plus d’un million de réfugiés sur le territoire l’année dernière. Le parti surfe également  sur la vague de mécontentement liée à la crise de l’euro.

Des résultats inquiétants pour Merkel

Dans son fief historique du Bade-Wurtemberg, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) n’arrive qu’en deuxième position (27,5), derrière les Verts (32%). En Rhénanie-Palatinat, elle se classe deuxième (33%) derrière les sociaux-démocrates du SPD (37,5%).
Les populistes de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) ont quand à eux engrangé respectivement 10-11% et 12,5%.. En Saxe-Anhalt, la CDU s’en sort en tête (29 à 30%). Mais avec de 21,5% à 22,8%, l’AfD obtient un score historique pour un parti populiste de droite. Elle se classe même deuxième force politique régionale devant la gauche radicale Die Linke (16,5 à 17%).

Ces résultats apparaissent comme une véritable secousse pour les deux grands partis (CDU et SPD) qui dominent la vie politique du pays depuis 70 ans.

Néanmoins Angela Merkel, au pouvoir depuis plus d’une décennie et dont la popularité personnelle reste élevée, ne semble pas menacée dans l’immédiat, aucun rival sérieux n’ayant encore réellement émergé.

Maxime GIROT

Écrit par Maxime Girot