Alexis Tsipras, le nouvel homme fort de la Grèce

Leader charismatique du parti radical gauche Syriza,vainqueur des élections législatives de ce dimanche, cet homme à peine âgé de 40 ans a été nommé cet après midi premier ministre de la Grèce. Retour sur celui qui pourrait « changer la donne » en Europe.

Certains le compare à Jean-Luc Mélenchon. Doué pour les discours, il partage avec ce dernier un talent oratoire. Sachant manier la phrase pour faire passer ses convictions, il n’est pas de nature tapageuse. « Je sais me mettre en colère, mais crier, m’énerver, ce n’est pas dans mon tempérament »confiait l’intéressé à Libération en juin 2012.

Issue de la petite bourgeoisie athénienne, il découvre la politique au lycée dans les jeunesses communistes. Après des études d’ingénieur il retourne en politique et devient secrétaire de la jeunesse du principal parti radical grec Synaspismós, avant d’en prendre les rênes en 2008. Les Grecs découvrent alors ce jeune tribun charismatique.

Avec la crise, tout s’enchaîne. La coalition de gauche Syriza profite d’une poussée électorale aux élections législatives de printemps 2012, talonnant les conservateurs de la Nouvelle démocratie. «Le vent du changement a soufflé», résume-t-il alors.

Ses convictions et son ambition ont permis au parti de gauche radicale de remporter les législatives. « Le pays laisse derrière lui l’austérité, la catastrophe, l’autoritarisme et l’humiliation », tels sont les premiers mots qu’Alexis Tsipras a prononcé lors de son discours de victoire.

Beaucoup voient en Syriza et en son leader l’espoir d’une nouvelle voie politique dans un pays en souffrance.

              Louise Druart

Écrit par loupauline