Airbus, du plomb dans l’aile

Alors qu’Airbus tient ce mardi 29 novembre son comité d’entreprise européen, les syndicats craignent la suppression de plus de 1.300 postes entre la France et l’Allemagne.

Officiellement, la réorganisation d’Airbus et la création d’un siège social unique, au mois de juin, entraînent des sureffectifs. Officieusement, on parle d’économies circonstancielles pour concurrencer Boeing alors que le carnet d’adresses du groupe français est plein pour les 10 prochaines années.

En effet, il y aurait 315 millions d’euros d’économies à la clé.

Selon la CFE-CGC, deuxième syndicat au sein du groupe, « 1.357 postes seront soit supprimés soit transférés, sur un total de 10.000 emplois » dans les services affectés.

Il y a de fortes chances qu’Airbus annonce un PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi), estime cependant FO, majoritaire chez Airbus. Les syndicats craignent des licenciements secs, ce qui serait une première dans l’histoire du groupe européen. Airbus emploie près de 140.000 personnes dans le monde, et 54.000 en France.

La réorganisation du groupe, baptisée Gémini, consiste à fusionner à Toulouse les sièges de la branche d’aviation commerciale (Airbus SAS, 70% de l’activité) avec le groupe (Airbus Group SAS).

Cette fusion-intégration, qui touche presque exclusivement les fonctions administratives et non opérationnelles, doit fait naître une nouvelle entité baptisée tout simplement « Airbus ». Elle est destinée à éviter les « duplications » et à gagner en « agilité », selon la société.

Selon les observateurs, ces mesures visent surtout à attirer les investisseurs pour se maintenir au niveau du concurrent américain Boeing. En lançant ce plan de suppression d’emplois, le PDG, Tom Enders, veut également envoyer un message aux marchés financiers qui ne regardent pas tant le match des commandes d’avions entre les deux principaux constructeurs que la marge bénéficiaire.

315 millions de bonnes raisons pour la direction qui veut faire décoller son groupe.

https://twitter.com/airbus/status/803265954645995520

Arthur Renier

Écrit par iejpedago