Air cocaïne : la France n’extradera pas les deux pilotes

Alors que la République dominicaine va lancer un mandat d’arrêt international à l’encontre de Bruno Odos et Pascal Fauret, la France n’entend pas extrader les deux pilotes.

« Nous n’extradons pas des citoyens français lorsqu’ils sont sur notre sol ». C’est ce qu’a annoncé Stéphane Le Foll.

Invité de RTL ce matin, le porte-parole du gouvernement a réagi suite à l’annonce de la République dominicaine de lancer un mandat d’arrêt international à l’encontre des deux pilotes exfiltrés.

Condamnés cet été à 20 ans de réclusion dans l’affaire Air Cocaïne, Bruno Odos et Pascal Fauret avaient été placés sous contrôle judiciaire à Saint-Domingue, avant de prendre la poudre d’escampette.

A lire aussi : Air cocaïne : itinéraire des deux pilotes

Une évasion rocambolesque pour laquelle Stéphane Le Foll nie toute responsabilité de la France :

« Les autorités françaises et la France n’ont rien à voir avec ce qui s’est passé ».

Une déclaration qui fait écho à celle du Quai d’Orsay qui a assuré, mardi, que la décision des deux pilotes de retourner en France était « un acte individuel dans lequel l’Etat n’était nullement impliqué ».

Règles de droit

Toujours est-il que le gouvernement français n’a aucune intention d’extrader les deux hommes. La France a en effet pour principe de ne pas renvoyer ses ressortissants vers d’autres pays, sauf vers des Etats européens quand ces derniers sont recherchés par un mandat d’arrêt européen.

Mais pas question non plus d’entraver la justice. « Il y a une procédure judiciaire de toute façon en cours vu ce qui s’est passé à Saint Domingue. Donc la justice fera son travail », a également ajouté le porte-parole du gouvernement.

A lire aussi : Procès Air Cocaïne : vol privé ou commercial ?

Quant à Alain Castany et Nicolas Pisapia, les deux autres Français incriminés dans l’affaire et restés sur place, Stéphane Le Foll a assuré que le pays ne les abandonnerait pas : « La France a des responsabilités, son consulat sur place devra épauler et soutenir nos deux concitoyens qui sont restés ».

A voir : Air Cocaïne : les pilotes vont devoir s’expliquer devant la justice française

 

 

Solène Collas

Écrit par solene.collas