Affaires Balkany, et une de plus

Les Balkany se retrouvent encore une fois sous les feux des projecteurs – ceux du ministère de la justice évidemment. Dernière affaire en date ? Une histoire de mariage arrangé. De quoi alimenter la longue liste de leurs dérapages présumés. 

Selon Franceinfo, le parquet de Nanterre vient d’ouvrir une enquête pour abus de faiblesse impliquant Patrick Balkany et Isabelle Balkany, respectivement député-maire de Levallois-Perret et première adjointe de celui-ci. L’enquête porte sur des faits remontant à 2014. En juin de cette année-là, un mariage se tient à la mairie de Levallois. L’époux, un homme d’une soixantaine d’années, veuf depuis longtemps et décrit comme « très isolé », s’unit – très peu de temps après l’avoir rencontrée – à une employée municipale proche de Patrick Balkany. Mais, d’après les proches du marié, qui n’avaient pas été prévenus de l’heureux événement, ce n’est pas un coup de foudre qui aurait conduit à cette union.

Ce mariage pour le moins expéditif aurait vraisemblablement servi un proche du couple Balkany. Franceinfo révèle qu’avant le mariage, le « jeune » marié refusait de vendre sa propriété à un promoteur et l’empêchait ainsi de lancer un vaste projet immobilier. Mais, quelques mois après le mariage, le propriétaire change soudain d’avis et vend ladite propriété au promoteur, qui n’est autre qu’un ami proche de Patrick Balkany.

Le couple finira par se séparer quelques semaines après la signature de l’accord immobilier. De quoi soupçonner un mariage arrangé d’après la famille du sexagénaire, qui dénonce une « manipulation ». L’ensemble des participants à la noce a été auditionné – le maire, les deux mariés, le mari d’une des adjointes au maire et un conseiller municipal. Ils réfutent tous la thèse du mariage monté de toutes pièces.

Sous-évaluation de patrimoine 

C’est loin d’être la première fois que le couple Balkany fait parler de lui. Tout d’abord, en mai 2014, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) fait part de ses soupçons sur une possible sous-évaluation du patrimoine de deux époux. Le couple ne déclarait alors qu’un patrimoine net de 90.000 euros, une somme qui semble bien faible compte tenu de leurs biens. Plainte réitérée en janvier 2016.

Inscription frauduleuse sur listes électorales

Vient ensuite en mars 2015 une révélation de L’Express, qui annonce qu’une plainte a été déposée contre Isabelle Balkany par un habitant de Levallois. D’après la plainte, rendue publique par le magazine, « lors des trois dernières élections municipales, la candidature de madame Balkany a été posée dans des conditions irrégulières ». En cause, la domiciliation d’Isabelle Balkany : le couple est en effet domicilié à la permanence électorale de Patrick Balkany mais Isabelle serait « séparée administrativement » de son conjoint. Elle ne pourrait alors bénéficier de cette domiciliation. L’intéressée a démenti toute fraude.

Détournement de fonds publics 

En février 2015, c’est au tour de l’Association des contribuables de Levallois de porter plainte contre X pour détournements de fonds publics. La plainte porte sur un appel d’offres lancé par la ville en 2001 qui a permis de signer un contrat de 192.000 euros avec la société Bygmalion. Celle-ci est alors censée conseiller la ville, pour une durée de deux ans, sur la refonte de son site Internet et la maquette de son magazine municipal. Pour les plaignants, le montant du contrat ne serait pas justifié.

Corruption d’agent public

En janvier de la même année, le Parquet a ouvert une enquête pour corruption d’agent public étranger. En 2008, Patrick Balkany aide l’industriel belge George Forrest à décrocher un contrat de 500 millions de dollars avec la Namibie. En retour, il perçoit cinq millions d’euros. Le député-maire aurait demandé que l’argent soit versé sur un compte à Singapour. George Forrest a précisé que Patrick Balkany a noté lui-même ses coordonnées bancaires pour le versement: « C’était à Levallois. Cela se passait dans son bureau à la mairie ». Une somme qui n’a pas été déclarée au fisc.

Evasion fiscale

Patrick Balkany a également été mis en examen, en octobre 2014, pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale. Le couple est soupçonné d’avoir caché au fisc le fait d’être propriétaire de deux villas, à Saint-Martin (Antilles) et Marrakech (Maroc). À l’époque, les revenus déclarés apparaissent déjà incohérents avec le train de vie fastueux mené par le couple.

Favoritisme

Une information judiciaire contre X a été ouverte en mars 2014 pour des faits présumés de « favoritisme, complicité et recel de favoritisme » portant sur un marché de 39,8 millions d’euros passé en 2008 pour la reconstruction et l’entretien du collège Pompidou de Courbevoie. À l’époque, Isabelle Balkany était la vice-présidente du département chargée des affaires scolaires.

Si aucune condamnation n’a été prononcée pour l’heure dans ces dossiers, tous restent ouverts.

Capucine Brackers de Hugo

Écrit par iejpedago