Affaire Merah : retour sur 5 semaines de procès

Abdelkader Merah a été condamné à vingt ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une organisation terroriste, au terme du premier procès lié à Daech.

A.Cilia/Wikimédia/Copyright

  • La cour d’assises a condamné, jeudi 2 novembre, Abdelkader Merah à 20 ans de réclusion criminelle. Sa défense avait tenté de plaider l’acquittement, se basant sur l’absence de preuves.
  • En début de semaine, lundi 30 octobre, l’avocate générale Naïma Rudloff a soumis l’idée d’une peine de sûreté de 20 ans, considérant Abdelkader Merah comme étant l’auteur des attentats commis à Toulouse et Montauban en mars 2012.
  • Le co-accusé de ce procès, Fettah Malki, a lui été condamné à 14 ans de prison pour avoir transmis à son ami d’enfance, Mohamed Merah, un gilet par-balles des forces de police et une arme, en 2011. Une décision sévère, mais la justice pointe une radicalisation évidente. Le procès a montré que l’accusé connaissait les intentions de son ami, futur terroriste. Les avocats de Fettah Malki annoncent vouloir faire appel.
  • Abdelkader Merah n’a pas été reconnu coupable pour complicité dans les attentats commis par son frère, Mohamed Merah. Un soulagement pour la défense qui n’a eu de cesse de répéter l’absence de liens entre les deux frères.
  • Une sanction à l’encontre d’Abdelkader Merah jugée « trop légère » pour Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohamed Merah. Elle déclare que la cour d’assises n’est pas allé « jusqu’au bout », déplorant une France « trop naïve ».

Fiona Henneman

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire