Affaire Maëlys: l’avocat des parents en campagne médiatique

Presque quatre mois après la disparition de Maëlys, Me Fabien Rajon, l’avocat des parents de la petite fille, se livre à une campagne médiatique décisive, dans laquelle il dénonce l’attitude de Nordahl Lelandais, le principal suspect.

« Depuis cette nuit du 26 au 27 août qui vit la petite Maelys De Araujo disparaître lors d’une soirée de mariage, la France entière partage l’angoisse de ses parents », peut-on lire dans la tribune publiée jeudi soir sur le site du Parisien/Aujourd’hui en France, par Me Fabien Rajon, l’avocat des parents de la jeune fille. « Au-delà de l’épreuve quotidienne imposée aux proches de l’enfant disparu, cette affaire semble, à bien des égards, sans égal dans notre histoire criminelle contemporaine », ajoute-t-il, comme décidé à faire bouger les lignes d’une affaire qui, sur de nombreux points, n’avancerait plus assez vite.

Surtout, cette intervention médiatique sonne comme une énième tentative pour déceler quelques failles dans la défense de Nordahl Lelandais, le principal suspect, désormais aussi soupçonné d’avoir tué un militaire, Arthur Noyer, disparu en avril dernier. C’est en tout cas ce que laisse penser une autre intervention de Me Fabien Rajon, ce vendredi matin, sur les ondes de France Info cette fois.

Les parents « pris en otage » par Nordahl Lelandais

Qui est le coupable de la disparition de Maëlys de Araujo ? Voici une question déterminante, et ce même à l’heure ou l’étau semblerait se resserrer autour de Nordahl Lelandais, qui, rappelons le, dispose de la présomption d’innocence. Mais une question qui en éclipse une autre, plus douloureuse pour les parents : qu’est-il advenu de la jeune fille, toujours introuvable ?

C’est ce que dénonce l’avocat des parents. En effet, tant dans sa lettre ouverte à la Défense que dans les locaux de France Info, l’avocat de la partie civile regrette une situation particulièrement délicate pour ses clients, « pris en otage » par le principal suspect. « Le caractère insoutenable de cette affaire tient surtout, pour mes clients, au fait que si la fillette demeure introuvable et qu’un homme a été mis en examen (…) ce dernier nie les faits qui lui sont reprochés », avance-t’il.

Une campagne médiatique qui devrait, à nouveau, faire réagir. D’autant plus après la récente colère d’Alain Jakubowicz, l’avocat de Nordahl Lelandais, sur un plateau de la chaîne de télévision BFM TV.

Simon Fuentes

Écrit par IEJ3A