Affaire Bettencourt: des journalistes devant la justice

Depuis hier, une nouvelle étape de l’affaire Bettencourt se déroule au tribunal de Bordeaux. Le majordome Pascal Bonnefoy et cinq journalistes sont poursuivis pour l’enregistrement et la diffusion d’écoutes à partir de juin 2010. Une éventuelle condamnation de ces journalistes pose la question du devoir d’information de la presse.

 

A côté du majordome ayant enregistré clandestinement les conversations de Liliane Bettencourt, ils sont cinq journalistes sur le banc des accusés. Par eux, figurent le directeur de la publication de Mediapart, Edwy Plenel, celui de l’hebdomadaire Le Point à l’époque des faits, Franz-Olivier Giesbert et les trois journalistes ayant diffusé ces enregistrements, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme pour Mediapart et Hervé Gattegno, du Point.

Leur défense est simple, ils estiment avoir agi dans le cadre de leur « strict devoir d’information », dans l’intérêt public. Ils assurent également avoir retiré les passages concernant la vie privée de l’héritière de l’Oréal.

Les juges sont ici saisis dans le cadre d’une décision épineuse. L’atteinte à la vie privée est caractérisée du fait que les enregistrements ont eu lieu chez Liliane Bettencourt, qui plus est à son insu. Ce qui constitue un délit.

En revanche, la révélation et la diffusion, jugée en même temps que l’enregistrement d’écoutes, établiraient un nouveau type d’infraction. Un délit de recel de violation de la vie privée. Délit supprimé pour les journalistes dans un projet de loi déposé par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira. L’intérêt public et le devoir d’information prenant tout son sens dans ce cas.

De plus, l’avocat défendant les intérêts de Liliane Bettencourt a lui même reconnu que  » la partie civile serait hypocrite si elle disait que la diffusion dans la presse de certains passages des écoutes n’a pas été utile à la défense » de sa cliente. Un paradoxe dans ce dossier.

Les cinq journalistes risquent tout de même un an de prison et 45 000 euros d’amende. Les journaux jusqu’à 225 000 euros.

 

Jacques-Olivier Busi

A lire aussi :

L’affaire Bettencourt en 5 dates clés

Ouverture du procès Bettencourt

Procès Bettencourt: les moments forts

Écrit par jolivier.busi