Accident de train aux Etats-Unis : le conducteur roulait 80 km/h trop vite

Train américain utilisé sur l’axe Portland Seattle

Au lendemain du déraillement du train entre Seattle et Portland, qui a causé la mort de trois personnes, les enquêteurs ont livré leurs premières conclusions. 

Cet accident mortel serait dû à la vitesse. En effet, selon les autorités américaines en charge de l’enquête, le conducteur du train roulait à 128 km/h dans une zone limitée à 48 km/h. Une vitesse excessive qui pourrait être la cause de ce déraillement.

  • Au moins trois morts

Selon le dernier bilan, trois personnes sont décédées et «environ cent» sont blessées a annoncé Brooke Bova, le porte-parole de la police de l’Etat de Washington. D’une capacité de 250 personnes, le train transportait lundi 77 voyageurs et 7 membres d’équipage. Sur les 14 wagons que comptait ce train, 13 ont déraillé et 7 véhicules les ont percutés sur l’autoroute. À noter que «ce décompte est attendu à la hausse» selon l’agence de presse américaine AP.

  • Le train effectuait son trajet inaugural

L’accident est survenu sur le trajet inaugural du train. Les voies avaient été rénovées récemment pour lui permettre de rouler plus vite, dans l’objectif d’augmenter la fréquence des trains entre Seattle et Portland. Les travaux réalisés avaient coûté quelque 180 millions de dollars et une nouvelle gare avait été inaugurée.

            L’accident à eu lieu dans la petite commune de DuPont, dans l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis. 

Donald Trump exprime ses «condoléances»

Le président américain s’est exprimé à la suite de cet accident. Donald Trump a d’abord apporté son soutien aux familles des victimes en leur adressant ses «plus sincères condoléances» avant de dénoncer la qualité de « nos routes, nos ponts, nos tunnels, nos chemins de fer (qui) tombent en ruine ! Plus pour longtemps !» Conformément à ses promesses de campagne, le président présentera prochainement devant le Congrés un plan massif de plus de 1.000 milliards de dollars pour financer des grands travaux de rénovation des infrastructures américaines.

 

Aurélien Hamel et Hugo Sancet

Écrit par IEJ3B

Cet article a 1 commentaire