Accident de Brétigny : La SNCF cache-t-elle des informations ?

Demandées par le juge, des écoutes téléphoniques réalisées entre 2013 et 2014 ont révélé que  la SNCF n’entendait pas tout divulguer à propos de la catastrophe de Brétigny-sur-Orge qui avait fait 7 morts et 70 blessés le 12 juillet 2013. Entrainement aux auditions, modifications de mails, maintenances douteuses, les révélations de ces écoutes mettent la SNCF et le Réseau Ferré de France mal à l’aise. 

Ces écoutes, révélées par France Inter ce matin, interrogent quant aux rôles qu’a joué le service juridique de la SNCF, même si les entrainements aux auditions sont monnaie courante lors d’enquête au sein d’une entreprise, dans cette affaire, la SNCF est allée plus loin. Une conseillère juridique a même demandé à un responsable des voies de modifier un mail jugé compromettant concernant du matériel de voiries en très mauvais état. De plus, une autre a incité un agent à ne pas divulguer des rapports de brigade qu’il avait en sa possession aux enquêteurs tant qu’ils ne le demandent pas « Effectivement, c’est une mine d’or les rapports de brigade. Mais peut être à éviter de leur donner. Je regarde tout ce que tu me donnes, et je cible les choses qui peuvent nous être préjudiciables ou pas… Ils ne les ont pas demandés, donc ce n’est pas la peine. ».

Une maintenance qui laisse à désirer

Les écoutes révèlent aussi la mauvaise maintenance des voies, 10 mois après la catastrophe, des dégradations sont toujours recensées sur les voies de Brétigny « (les éclisses) sont toutes pourries à Brétigny, sauf les deux qui ont été remplacées, le matériel est en fin de vie, il y a des incidents tout le temps » indique le compte rendu. Le plus étonnant, c’est que, dans certains cas, le matériel de remplacement est encore plus usé que le matériel remplacé : « L’autre jour, j’avais envoyé deux paires d’éclisses à faire expertiser à Saint Ouen. Le retour de Saint Ouen, ça a été de nous dire que la deuxième paire d’éclisses qu’on avait mis en remplacement était plus fatiguée que la première. ». Une révélation qui met le doute sur le travail effectué par le Réseau Ferré de France.

Un cas général

Autre inquiétude pour les enquêteurs : l’hypothèse que le problème de vétusté des infrastructures ne se limite pas uniquement à la zone de Brétigny-sur-Orge : « Donc en fait quand on remplace des éclisses de manière générale, et partout en France à mon avis, on ne met pas forcément des éclisses neuves ». Selon Europe 1, les agents sont inquiets pour d’autres zones en Ile-de-France, mais aussi en région comme à Valence par exemple où deux responsables techniques alarment la direction à propos d’une fissure sur les rails en pleine gare. Après plusieurs révélations de Médiapart ou encore du Figaro, les doutes sur la volonté de la SNCF de minimiser ses responsabilités dans l’accident sont de plus en plus grands.

Romain Philips

Écrit par Romain Philips