Snapchat, le petit dernier des réseaux sociaux à rentrer en bourse

Facebook en 2012. Twitter en 2013. Et désormais Snapchat. Ces trois réseaux sociaux ont un point commun, leur cotation en bourse. Simple start-up à leurs début, ces trois entreprises ont profité du boom d’internet pour devenir des multinationales et pèsent désormais des milliard d’Euros.

La cotation en bourse de Snapchat, symbole de l'évolution de notre économie

La cotation en bourse de Snapchat, symbole de l’évolution de notre économie

Après Facebook et Twitter c’est au tour de Snapchat d’annoncer son entrée en bourse cette semaine. Tout droit venue de la Silicon Valley, La Mecque des hautes technologies, ces réseaux sociaux sont le symbole de la Révolution Industrielle qui se prépare actuellement. En 1996, déjà, Jeremy Rifkin publiait « La fin du travail », une théorie selon laquelle l’emploi, tel qu’on le conçoit, allait disparaitre. Selon lui, seul le secteur des services allait subsister sous forme d’ilots artificiels. En effet nous sommes de plus en plus dépendant du Web et il envahit notre quotidien (achat en ligne, banque en ligne, réseaux sociaux, hébergement, covoiturage…)

Car si ces réseaux sociaux sont aujourd’hui une machine à billets, ils le doivent à leur stratégies. Des serveurs en guise d’ouvrier (sauf qu’ils ne demandent pas de salaire), des développeurs, aux conditions de travail très intéressantes et des innovations quotidiennes. Ces entités ne sont plus des entreprises figées dans le réel, elles dépendent d’un marché totalement artificiel et sauvage, le « 7 ème continent ». En s’introduisant en bourse, les réseaux sociaux augmentent leur popularité et attirent les investisseurs qui leur permettront d’innover toujours plus pour garder l’emprise sur les utilisateurs d’Internet.

Dans ce documentaire diffusé par Arte en 2012, la situation est très bien expliqué.

Écrit par Rodolphe De Oliveira