5 raisons pour lesquelles la France ne respecte pas le droit de l’enfant

Le comité sur le droit de l’enfant de l’ONU a publié, ce jeudi, un inventaire peu flatteur sur la France. Le pays des droits de l’homme ne s’avère pas être le meilleur exemple pour celui des enfants, loin de là. Quelles sont les principales raisons de ce rappel à l’ordre ? Économie, éducation, santé…diverses sont les origines du problème. 

1- Le châtiment corporel

12695621_10207791338277862_623993597_oLa fessée ou la gifle sont des gestes encore autorisés en France. Des spécialistes s’indigne du paradoxe que les châtiments soient interdite sur les femmes mais pas contre les enfants. Une non-législation fortement contestée par l’ONU, d’autant plus que la France est rappelée à l’ordre depuis plus de 5 ans.

 

 

 

2- La pauvreté 12647908_10207791453000730_1071251760_n

L’impact de la crise économique freine l’avenir de beaucoup d’enfants. Les inégalités se creusent (éducation, santé…). Un enfant sur cinq vit dans une famille situé en-dessous du seuil de pauvreté, et malgré le droit au logement, plus de 600.000 enfants vivent dans des conditions insalubres, voir dans la rue. Les plus touchées par cette misère sont les Roms.

 

 

3- L’éducation 

12665822_10207791422679972_492995777_nLe fossé inégalitaire persiste entre les élèves scolarisés bien que tout les enfants aient obligatoirement droit à l’éducation. Beaucoup n’ont pas encore accès à des établissements scolaires. Même ceux qui y ont le droit, le système éducatif a tendance à mettre de côté une partie de la jeunesse à cause d’un manque d’efficacité creusant l’inégalité entre les élèves. L’éducation nationale à la française est dans les derniers rangs européens.

 

 

4- Les tests osseux12696388_10207791329557644_1366817287_o

La défenseuse des enfants, Geneviève Avenard, fait  « le constat qu’un certain nombre de recommandations n’ont pas donné lieu à une amélioration » depuis cinq ans. Parmi elles, l’interdiction des tests osseux, utilisés pour déterminer l’âge des adolescents migrants : « Le comité onusien préconise à nouveau leur suppression. Or la proposition de loi [sur la protection de l’enfance] en cours d’examen donne une base légale à cette pratique indigne et non fiable. » Des contestations qui n’ont pas eu l’effet souhaité, les tests osseux restent une pratique courante en France.

 

 

 

5- Le packing 

Le packing est une technique consistant à envelopper un patient de linges humides et froids. Elle est en partie destinée au individus atteint d’autisme infantile. Elle reste très contestée par les parents et autres organisations de lutte pour le droit de l’enfant. Le ministère de la santé dénonce cette pratique qui a tendance à détacher l’enfant de ses parents et aux conséquences parfois graves (manque d’autonomie…)

 

Écrit par Alexandre Hachem