La contraception fête ses 50 ans, ce mardi 19 décembre. Retour sur ces méthodes utilisées en France depuis la loi Neuwirth de 1967.

  • 19 décembre 1967 : la loi Neuwirth est adoptée

La loi du député Lucien Neuwirth autorise la contraception ainsi que la fabrication et l’importation de contraceptifs en France. Ce texte constitue une révolution par rapport à la loi de 1920 qui punissait de prison toute distribution de moyens de contrôle des naissances.

  • 4 décembre 1974 : remboursement de la pilule

Les décrets d’application permettant la distribution de la pilule ou du stérilet tardent à venir. Ce n’est qu’après une seconde loi en 1974, qu’ils sont remboursés par la Sécurité sociale.

Capture d’écran d’une partie du bilan de la contraception en France réalisé par l’Ined.
  • 17 janvier 1975 : l’IVG est autorisée

En 1975, la loi Veil légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle sera prise en charge par l’Assurance-maladie le 31 décembre 1982.

  • Juin 1999 : la « pilule du lendemain »

Le « NorLevo » est en vente libre depuis le mois de juin 1999. Ce n’est que le 13 décembre 2000 qu’une loi est votée concernant les moyens de contraception d’urgence.

  • 4 juillet 2001 : la loi Veil est modernisée

La loi du 4 juillet 2001, relative à la contraception et à l’IVG, modernise la loi Veil de 1975.  Les mineures peuvent y recourir sans autorisation parentale.

Actuellement la pilule reste le moyen de contraception le plus utilisé en France. (voir infographie)

Julien Coussy de Montella.

 

Écrit par Julien Coussy de Montella