Le Tchad entre en guerre contre Boko Haram

L’organisation islamique Boko Haram sévit une nouvelle fois au Cameroun. Alors que l’armée tchadienne est déployée dans la région, au moins 60 personnes ont été enlevées par le groupe terroriste dimanche 18 janvier. 

« Il y aura des morts, il y aura du sang, il y aura des sacrifices« , annonce Idriss Déby, le président du Tchad. Depuis plusieurs jours, l’armée tchadienne se déploie dans l’extrême nord du Cameroun dans la ville frontière de Kousseri et dans le nord-est du Nigéria. Plus de 400 véhicules militaires et hélicoptères sont mobilisés pour combattre le groupe terroriste Boko Haram. L’objectif ? Repousser les milices de l’organisation islamique et récupérer  la ville nigériane de Baga. Malgré le contingent mis en place pour faire reculer les membres de Boko Haram, le groupe armé s’est illustré dimanche en lançant un raid meurtrier dans des villages de la zone de Tourou de l’extrême nord du Cameroun.

Une soixantaine de personnes enlevées

Sans vraiment craindre les représailles de l’armée tchadienne, Boko Haram continue d’imposer son idéologie radicalisée par le sang. «Des combattants de Boko Haram ont fait irruption ce matin (dimanche) dans deux villages de la zone de Tourou, dans l’arrondissement de Mokolo . Ils ont incendié les concessions et sont repartis avec une soixantaine de personnes. La plupart de ces personnes sont des femmes et des enfants», témoigne un officier de police de la zone repris par l’AFP. L’organisation terroriste est réputée pour asservir ses captifs et les réduire à l’esclavagisme. Depuis le 3 janvier 2015, 18 villages ont été pillés et plus de 2.000 civils chrétiens et musulmans ont été massacrés.

Baptiste Rouch

 

Écrit par bapouch